DAK’ART 2014

11ème Biennale de l’Art Africain Contemporain 09/05>08/06

Halida Boughriet


English
français

Transit : Video HD 16/9, 7’50, 2011, © Halida Boughriet.

« Le mot « contempler » m’a toujours fasciné, il est d’une logique extrême, car dans contempler il y a « temple ». Et le templum que l’on contemplait, c’était le carré ou le rectangle que les aruspices romains dessinaient avec leur bâton dans le ciel pour attendre d’y voir comment y passeraient les aigles. Et selon la direction, le nombre d’aigles, leur vitesses, l’aruspice pouvait faire telle ou telle interprétation de ce qui était dit par ces signes ». C’est ainsi que Daniel Arasse s’exprime à propos de la contemplation, et c’est bien ainsi que Transit, la vidéo de Halida Boughriet, devrait être regardée.
Qu’est-ce que le devenir d’un sans-papier en transit si ce n’est d’être devenu extérieur au monde pour le regarder comme un paysage lointain ? Contempler le monde et espérer y voir des traces d’un futur joyeux.
Dispositif de contemplation, Transit superpose deux univers : le ciel d’Istanbul par un après-midi de février, et la parole incisive de sans-papiers qui énoncent le pourquoi de leur situation. Entre discours politique, social, nostalgie, la parole de ces nomades du monde contemporain décrit un monde qui se vide d’espoir. Comme pour répondre à l’ensemble d’oiseaux qui s’attroupent dans le ciel de peur de le voir vide.

Née en 1980 en France, Halida Boughriet est une artiste contemporaine d’origine algérienne, vivant et travaillant actuellement à Paris. Ancienne étudiante de l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, elle part étudier en section cinéma à la SVA ‘School of VISUAL ARTS’ à New York jusqu’en 2005. La même année, elle obtient et expose le 1er prix Jeune Créateur LVMH pour la Photographie « Attente du Verdict ». Elle est l’auteur d’oeuvres diversifiées, de la performance pour aboutir à la photographie, la sculpture et la vidéo. Ses travaux sont au croisement de la préoccupation esthétique, sociale et politique. Grâce à sa double culture occidentale et orientale, Halida fait émerger la question sur les pouvoirs et la violence des rapports humains. Ses oeuvres font parties de la collection Nouveaux Médias du Centre Pompidou et du Musée Mac Val ( Vitry-sur-Seine, France).

Voir en ligne : www.halidaboughriet.com