DAK’ART 2014

11ème Biennale de l’Art Africain Contemporain 09/05>08/06

Nidhal Chamekh


English
français

De quoi rêvent les martyrs ? : série de 6 dessins, encres, graphite et transfert, 40 x 60 cm chaque, 2012/2013, © Nidhal Chamekh.

La série De quoi rêvent les martyrs ?, est un ensemble de 18 dessins créés sur trois temps, en trois ans. Les dessins présentés ici en sont l’aboutissement actuel. Ils mêlent diverses techniques graphiques et confrontent plusieurs registres visuels, sociaux et formels, allant de l’expressivité aux schémas scientifiques.
Le dessin est au commencement de l’art. Il en constitue cette couche discrète qui se cache derrière la peinture sans jamais disparaître ou derrière la sculpture, la vidéo, l’installation sans jamais tomber dans l’oubli. Il y a toujours un dessin préparatoire à la chose artistique. On peut donc dire du dessin qu’il est un commencement sans jamais être une fin. Et au commencement, c’est exactement là où veut aller Nidhal Chamekh avec son dessin.
Que se passe t-il dans l’esprit d’un être humain pour aller s’aventurer ainsi aux côtés de la mort, en faire un destin désiré ? Comme un voyage dont on fantasmerait l’arrivée. « Nous sommes des êtres pour la fin » (Martin Heidegger) abandonnés à la mort. Pourtant la destinée d’une vie d’Homme se résume en une tentative d’oublier ce rendez-vous. A l’encontre de toute raison, le martyre que décrit le dessin de Nidhal planifie sa rencontre, il la provoque. C’est ainsi que ces dessins reviennent au commencement, le rêve d’une vie devenu le rêve d’une mort, pour le disséquer, le décrire sans jamais le comprendre ni le justifier.

Né en 1985 à Dahmani en Tunisie, Nidhal Chamekh vit et travaille entre Paris et Tunis. Il est artiste plasticien et peintre de formation. Il a poursuivi ses études aux Beaux-Arts de Tunis et Paris et réalise actuellement sa recherche doctorale à la Sorbonne. Les quartiers populaires de Tunis où il grandit et la persécution de sa famille militante vont avoir un impact profond sur son art. Son discours, essentiellement fragmentaire, puise dans toutes les époques et confond les espaces et les cultures. On pourrait considérer son travail comme un outil pour « échantillonner » le chaos de l’histoire. Il s’agirait en somme de créer des plans capables d’opérer certaines « coupes du chaos » pour constituer une sorte d’archéologie sociale et culturelle visant à rendre sensible la complexité historique des images. Il s’agit aussi d’introduire le montage comme une façon de voir la temporalité sociale et recueillir dans un espace donné la dislocation visuelle du réel.
Son travail a été exposé au Centre National des Arts Vivants, Palais El Abdellia (Tunis), puis, plus tard en France ainsi que d’autres pays d’Europe, à la Galerie Talmart (Paris), au Carrousel du Louvre, à l’Institut du Monde Arabe , à la Gallery 34 (Paris), Galerie Primo Piano (Lecce), Palexpo (Genève).

Voir en ligne : www.nidhal-chamekh.com