DAK’ART 2014

11ème Biennale de l’Art Africain Contemporain 09/05>08/06

Mehdi-Georges Lahlou


English
français

72 (virgins) on the sun : sculpture, installation, technique mixte, dimensions variables, 2014, © Mehdi-Georges Lahlou.

72 (virgins) on the sun (72 vierges sous le soleil), est une œuvre de critique, de dérision et de distance. Au départ, « 72 vierges » est le titre que l’artiste donne à son œuvre constituée de 72 bustes représentant l’artiste vêtu d’un voile blanc. Au Lynden Sculpture Garden, Milwaukee, USA (2013) l’artiste réalise une nouvelle version 72 (virgins) in the wind sous la forme de 72 porte-drapeaux blancs arborant 72 voiles blancs comme autant de drapeaux qui flottent au vent. Pour Dakar, il rappelle ce même souvenir sous le soleil.
Il y a pour tout paradis une promesse : celle du martyr, dans une bien étrange tradition musulmane, est de 72 houris promises – des êtres dont on ne connaît que peu de détails sinon qu’elles (ou ils) ne sont pas humains.
Dans cette installation-sculpture, l’artiste montre l’étrangeté de certaines croyances religieuses. Des fantasmes, colportés à travers les âges, maintiennent les imaginaires épuisés sous perfusion. Ils gardent à porté de vue des images aussi archaïques que celles de la possession d’autres. Posséder 72 autres créatures serait un rêve ou un cauchemar ? La réponse de l’artiste est sans ambiguïté, sa charge critique est directe et sans aucune concession.
L’œuvre est, comme à chaque création de Mehdi Georges Lahlou, dans un premier abord attractive, séduisante, presque belle. Elle possède cette beauté du mal que l’artiste analyse depuis plusieurs années. Une fois pris dedans, l’artiste nous invite à nous réveiller et à résister à l’appel des sirènes du fanatisme.

Mehdi-Georges Lahlou, artiste franco-marocain, est né aux Sables d’Olonne en 1983. Il vit et travail entre Bruxelles (où il est artiste résident à la Maison d’Art Actuel des Chartreux), Paris et New-York. Formé à l’École Régionale des Beaux-Arts de Nantes (ERBAN), il y obtient son DNSEP en 2007, puis un MFA à l’Académie Sint-Joost à Breda (NL). Il fait actuellement parti du programme ‘Les réalisateurs’ (post-diplôme en Art et Entreprises), conçu et dirigé par l’artiste Fabrice Hyber en partenariat avec l’école de management Audencia Nantes et l’école des beaux-arts de Nantes Métropole (France). De mère espagnol et chrétienne et de père marocain musulman, Mehdi-Georges Lahlou procède à d’ambigus collages pour questionner l’identité sous toutes ses formes.
Ses œuvres ont fait l’objet de plusieurs expositions personnelles, entre autres à la Catherine Ahnell Gallery, New York (2014 USA), à la galerie Transit, Mechelen (2010 et 2013 BE), à la galerie Paradise, Nantes (FR), à la galerie Dix9, Paris (2010 et 2012 FR), au centre d’art Croxhapox, Gand (BE), à Kunstraum Richard Sorge, Berlin (2010, DE), à la galerie Espacepointca, Alma (2011, QC).
Ses travaux ont été présentés dans de nombreuses expositions internationales comme à l’Institut du Monde Arabe, Paris (2012, FR) pour l’exposition ‘Le corps découvert’, au Palazzo Bembo, Venise (2013, IT) lors de l’exposition ‘Personal structures’ (événement collatéral de la Biennale), lors de la biennale Re-Orientation, the second Mediterranean biennale of Israel, Sakhnin (2013, IL), lors de ‘Sint-Jan’, à la Saint-Bavo’s Cathedral à Gand (2012, BE) invité par Jan Hoet et Hans Martens.
Deux exposition personnelles sont à venir à la CENTRALE for contemporary art et au Jewish museum of Belgium, à Bruxelles (BE), dans le cadre du Summer of Photography 2014 organisé par le Centre d’art contemporain Bozar (Bruxelles, BE).
Mehdi-Georges Lahlou est représenté par la galerie Transit (Mechelen) en Belgique et par la Galerie Dix9 - Hélène Lacharmoise (Paris) en France.

Voir en ligne : www.mehdigeorgeslahlou.com