DAK’ART 2014

11ème Biennale de l’Art Africain Contemporain 09/05>08/06

Simone Leigh & Chitra Ganesh


English
français

  • © Paul Mpagi Sepuya

My dreams, my works must wait till after hell... : installation vidéo, 7’18", 2012, courtesy de l’artiste, créée, réalisée et produite par Girl (Simone Leigh & Chitra Ganesh), crédits : figurante : Kenya Robinson ; Script : Kaoru Watanabe ; Directeur de la photographie : David Guinan.

My dreams, my works, must wait till after hell… (Mes rêves, mes œuvres, doivent attendre après l’enfer...), dont le titre s’inspire d’un poème de Gwandolyn Brooks est une installation vidéo qui repousse la représentation classique du nu féminin. Résultat d’une collaboration entre Simone Leigh et Chitra Ganesh, toutes deux membre du collectif Girl, cette oeuvre présente une dimension nouvelle de l’iconographie féminine. D’une part, il s’agit d’une oeuvre profondément féministe et d’autre part, elle marie les attraits et caractéristiques de chacune des deux artistes pour en faire une oeuvre singulière. Cette richesse est induite par le foisonnement de matériaux utilisés et les expérimentations apportés à la création de l’oeuvre. Dans une ambiance musicale crée par Karou Watanabe, l’artiste Kenya Robinson réalise une performance dans laquelle la mise en scène de son corps, le corps noir, défie les représentations classiques du corps féminin noir, généralement mis en avant pour ses attributs. Elle est allongée sur le coté, en paix, bien que la tête soit recouverte de gravier. Ce ne sont pas ses formes voluptueuses qui attirent le regard, mais le gonflement de sa cage thoracique qui suit le rythme de la musique. De sorte que ce corps à l’apparence fragile semble vouloir défier la mort.

La pratique de Simone Leigh est une exploration continue de la subjectivité féminine noire par le biais de l’objet. Elle crée des sculptures, vidéos et installations alimentées par son intérêt pour l’art africain, la recherche ethnographique, le féminisme et la performance. En 2014, Leigh a reçu une subvention de la Fondation Louis Comfort Tiffany. En 2012, elle bénéficie de la bourse Creative Capital et reçoit le prix LMCC Michael Richards. Leigh a été sélectionnée pour des résidences et a obtenu des prix tel que la subvention de la Fondation Joan Mitchell en 2011, le programme d’artiste en résidence au Studio Museum de Harlem (2010-11), le programme du Lower Manhattan Cultural Council’s Workspace, le programme du Bronx Museum’s Artist in the Marketplace program, la bourse Art Matters research et la New York Foundation for The Arts Fellowship for Sculpture. Leigh a animé le programme international Art 2012 au Centre d’ Art Contemporain de Lagos au Nigeria. Ses expositions récentes et à venir comptent des expositions individuelles à The Kitchen gallery et Tilton Gallery de New York et des expositions collectives au Contemporary Art Museum de Houston, au Sculpture Center de New York, à la Kunsthalle Wien de Vienna, à L’Appartement 22 à Rabbat au Maroc, au Andy Warhol Museum de Pittsburgh et à la AVA Gallery de Cape Town en Afrique du sud. Son travail a été présenté dans plusieurs publications, dont Modern Painters, The New Yorker, le New York Times, Small Axe et Nka (Journal de l’art africain contemporain) et EBONY Magazine.

Voir en ligne : www.simoneleigh.com