DAK’ART 2014

11ème Biennale de l’Art Africain Contemporain 09/05>08/06

Éric Pina


English
français

L´annonce, d´un soupir rouge  : pastel sec sur papier, 190cm x 150cm, 2013, © Eric Pina.
L’annonce, la visite en vert : pastel sec sur papier, 190cm x 110cm, 2013, © Eric Pina.
L´annonce, Héréba  : pastel sec sur papier, 190cm x 110cm, 2013, © Eric Pina.

La rencontre et le quotidien sont la trame de fond du travail d’Eric Pina. Observateur, il rend compte dans ses dessins au pastel sec, des instants banals et des gestes furtifs qu’il a capturé au détour de rencontres faites dans les communautés africaines de France et d’Allemagne. Dans L´annonce, d´un soupir rouge, L’annonce, la visite en vert, et L´annonce, Héréba, la communication passe par le regard des personnages aux corps imposants. Dans des environnements dénués d’indication géographique, les personnages mis en exergue par l’annonce, sont aussi mis en perspective grâce à un amoncellement d’individus miniatures placés en arrière-plan. La circulation de ces personnages compense l’absence d’environnement et crée un espace dynamique au sein même du tableau. L’annonce d’un soupir rouge (2013) présente un couple. Une femme, une rose rouge à la main regarde avec insistance l’homme qui l’accompagne. Elle semble dans l’attente alors que l’homme semble ailleurs. La différence d’échelle avec les personnages de l’arrière-plan donne l’impression que le temps s’est arrêté et que le couple est resté figé dans le temps de l’annonce. Dans L’annonce, la visite en vert et L’annonce Héréba, le couple semble surgir grâce un effet de frottement du pastel sur le papier.

Né en 1972 à Thiès au Sénégal, Eric Pina a commencé ses études d’art plastiques à Dakar et obtenu un diplôme supérieur d´expressions plastiques à l’École des Beaux-Arts de Mulhouse, en France. Depuis, l’artiste a eu de nombreuses expositions personnelles et collectives en France, au Canada, en Suisse et en Allemagne. Il a gagné des prix et a obtenu des bourses à l’étranger. L’artiste nous confronte aux moments instantanés, à la rencontre au quotidien de la
vie urbaine. "Je me suis nourri et inspiré intellectuellement pendant mes voyages :
des rencontres, des retrouvailles de courtes durées. Les localités se volatilisent et
laissent des moments abstraits. J’appartiens à l’instant, aux personnes et aux objets qui m’entourent", explique Eric Pina.

Voir en ligne : www.ericpina.com