DAK’ART 2014

11ème Biennale de l’Art Africain Contemporain 09/05>08/06

Faten Rouissi


English
français

Le fantôme de la liberté (Malla Ghassra) : installation avec 17 WC en céramique, 700x300x50cm, 2012, © Faten Rouissi.

Après les élections du 23 octobre 2011 à Tunis, « le parlement commence déjà à montrer ses limites et son incompétence, doublé par la mise en place d’un gouvernement islamiste » nous dit l’artiste. Les faits et gestes dans la Cité incitent l’artiste au rejet, parfois au mépris et souvent à la révolte. Ras-Le Bol-Ras-Le-Bol.… ! Faten Rouissi en a assez des images proposées autour d’elle et des discours médiatisés qui se voulaient justificatifs… trop c’est trop !
Elle a donc pensé à une sorte de thérapeutique contre l’hypocrisie, le double langage et la fausseté. Il lui fallait se débarrasser du stress citoyen par la dérision artistique. Ainsi est née l’idée de réunir des gens en conférence (NOTRE CONSTITUANTE)…pour des besoins pressants. Une scène du film de Luis Buñuel intitulé «  Le fantôme de la liberté » (1974) a croisé tout de suite son esprit.
Il en résulte cette étrange espace de dialogue.

Faten Rouissi, née en 1967 à Tunis, mène en Tunisie et à l’étranger, une activité d’artiste pluridisciplinaire, d’enseignante universitaire et de consultante en conception et réalisation. Elle a participé à des Événements en Algérie (Alger et Oran) Allemagne (Berlin, Dresde, Karlsruhe), Egypte (Louxor), Espagne (Madrid) et a manifesté sa présence par des performances, des installations, des vidéos, des peintures, des happenings, etc. Depuis 2009, elle s’est engagée dans l’action participative entre l’artiste et le citoyen. Résolument orientée vers l’art contemporain, elle a soutenu, en 2011, un Doctorat d’analyse et recherche à partir des oeuvres de Picabia, Magritte et Duchamp. En février 2011, juste après la Révolution tunisienne, elle a conçu et mis en place un événement, médiatisé en Europe, aux États Unis et en Asie : « Art dans la rue –Art dans le quartier » : une intervention artistique sur des voitures brûlées pendant la Révolution. En jan.2012, elle a fondé l’Association "24 HEURES POUR L’ART CONTEMPORAIN", et a conçu et réalisé en mars 2013, le Projet "DE COLLINE EN COLLINE", en Tunisie, entre Sidi Bou Saïd, Takrouna et Chenini, qui a fait de ces 3 lieux un atelier d’art contemporain dans l’espace public.

Voir en ligne : www.faten.rouissi.sitew.com