DAK’ART 2014

11ème Biennale de l’Art Africain Contemporain 09/05>08/06

Kamel Yahiaoui


English
français

Le Poids des Origines : technique mixte, 115 x 69 x 75,5 cm, 2013, Courtesy de l’artiste, © Belkacem Tatem.

Combien pèse une œuvre ? Voilà une étrange question que personne ne se pose. Pourtant, à regarder une représentation elle pèse de son poids référentiel, de son poids de ressemblance et de son poids de dissemblance.
Mystérieuse représentation que fait Yahiaoui avec ce personnage au visage perdu devant lui, comme si en regardant son visage Narcisse ne s’était pas juste vu dans le reflet de l’eau, mais bien à jamais perdu dedans.
Le visage horrifié gratté dans un miroir et incrusté à la surface de cette balance transforme le support métallique. Cette vieille balance s’en trouve détournée de sa fonction pratique pour revenir à une fonction mémorielle. L’objet relie deux visages : l’un est le souvenir d’une forme squelettique. La sculpture d’un crâne aux yeux exorbitants est inscrite dans un casque. Elle abrite une mort certaine. L’autre, le visage gratté dans le miroir, annonce une résistance pour rester en vie.
Juste devant le crâne, presque souriant, la silhouette d’un homme qui court. Comme jadis l’homme nouveau courait chez Marinetti, ou juste le pas pressé d’un homme qui marchait chez Giacometti ? La course de cette silhouette est indéfinissable.
L’œuvre de Yahiaoui oscille entre l’énigme souriante et l’énigme tragique, la frontière n’est jamais claire. « L’inquiétante étrangeté » est toujours là.

Artiste algérien kabyle né à Alger en 1966, Kamel Yahiaoui se définit volontiers comme un "artiste africain " de la condition humaine, proche des problématiques que peuvent rencontrer les créateurs issus de ce continent : la mémoire, l’identité post-coloniale, le racisme, la domination, la justice, l’exil. Il est reconnu au niveau international depuis une décennie et a exposé aux côtés de : Reyberolles ou Ernest Pignon-Ernest, mais aussi Barthélémy Toguo, Soly Cissé, Bruce Clarke (« Des Hommes sans Histoire ? », Musée des Arts Derniers, 2006), Kader Attia, Samuel Fosso et Yazid Oulab (« Les Afriques Autrement » , 2010). Yahiaoui vit et travaille à Paris depuis 1991 et est représenté par les galeries ArtSpace, Dubaï et KO21, Paris.

Voir en ligne : http://kamelyahiaoui.blogspot.fr