Entrées par djibiennale2020

2018 – La photographe béninoise Laeïla Adjovi décroche le prestigieux prix du Chef de l’Etat

Le Grand Prix du Président de la République Léopold Sédar Senghor est allé cette année à l’artiste  photographe béninoise Laeïla  Adjovi. Le prestigieux prix de la biennale de l’art africain contemporain est doté d’une enveloppe de 20 millions de francs CFA. Madame Adjovi a reçu sa récompense des mains de Monsieur le président de la République, […]

Olu Amoda, un maître sculpteur à l’assaut des tendances

L’année 2014 elle appartient au Nigéria : en effet c’est l’artiste polyvalent Olu Amoda, sculpteur, muraliste, designer et adepte du multimédias qui décroche la grande récompense du Dak Art pour son travail exceptionnel fait à partir de matériaux réutilisés. On pourrait dire que le fils veut égaler, voire dépasser son père qui est orfèvre de […]

Younes Baba Ali, l’art, le public et le musée en question

On retourne au Maroc en 2012, avec Younes Baba Ali, lauréat du Grand Prix Senghor de la biennale. Ce diplômé de l’école Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, vit et travaille entre Bruxelles et Casablanca. Il se plaît dans la réalisation d’installation et se préoccupe, parmi d’autres questions, des rapports entre l’art, le public et […]

Moridja Kitenge Banza, réflexion sur l’identité africaine

Après sa compatriote Magema, en 2010 le jeune Moridja Kitenge Banza ramène un autre Grand Prix L.S.Senghor au Congo (RDC) grâce à son installation « Union des Etats de 1848 à nos jours ». Ce remarquable travail plastique est une réflexion sur l’esclavage et sur l’identité africaine, mais au lieu d’une œuvre de mémoire le […]

Mounir Fatmi, l’installation comme langage expérimental

Le Grand Prix du Dak Art 2006 est remporté par le Marocain Mounir Fatmi. Il vit entre Paris, Tanger et Amsterdam, diplômé aux beaux- arts de Casablanca. Cet artiste pousse la recherche sur les questionnements contemporains en construisant des installations savamment agencées entre des matériaux divers, câbles, sons, vidéos, photos etc.

Michèle Magema, une posture critique face à l’exotisme

Le Congo (RDC) arrive en force sur le DakArt en 2004 avec la jeune Michèle Magema qui vit et travaille à Paris. Elle annonce ce qu’on peut appeler « l’invasion » vidéographique, signe d’une époque marquée par l’art numérique. Licence d’art plastique de l’Université Paris 8, entre autres diplômes, Michèle Magema adopte une posture critique […]

Mansour Ciss Kanakassy, au-delà des contraintes politiques

Co-lauréat en 2008 du Grand Prix du Dak Art, le sculpteur et « installateur » sénégalais, vivant à Berlin (Allemagne), Mansour Ciss Kanakassy, exprime quant à lui, des idées engagées sur la marche du monde et de l’Afrique. Il met en œuvre des concepts, comme le « laboratoire déberlinisation », suggestion à une transcendance des […]

Ndary Lô, originalité et vision prospective

Si la « patience infinie » et la « méticulosité » caractérisent le message de paix et d’amour de F. Charfi, comme le soulignait le critique d’art Sylvain Sankalé, le sculpteur sénégalais Ndary Lo lui, s’est illustré par l’installation très réaliste de ses personnages longilines en fer forgé, campé dans des attitudes évoquant un quotidien […]

Fatma Charfi, la paix et l’amour en perspective

Dak Art, visionnaire et généreuse jette son dévolu sur la tunisienne Fatma Charfi, lauréate du Grand Prix Léopold Sédar Senghor en l’an 2000. Artiste aux multiples facettes comme le montrent ces installations dessins, peintures, performances et photos, elle était la première femme à frayer le chemin à toute une vague de créateurs africains adeptes de […]

1998 – Viyé Diba, un peintre à la conquête des espaces

Viyé Diba donnera ses lettres de noblesse aux arts plastiques venus du Sénégal en gagnant le Grand Prix du Dak Art en 1998. Sa série «Chose au mur », peintures affublées de pièce de bois et de textiles attachées, cousues ou suspendues comme des bas- relief suggèrent les trois dimensions et annoncent l’ascendance à venir […]