Sélectionner une page

 La Côte d’Ivoire pour une réinvention de l’humanité.

Nouvelles écritures. Sous le thème « Forger la Méditerranée.

Nouvelles écritures des Arts de Côte d’Ivoire », le pays d’Houphouët Boigny sera à l’honneur aux côtés de la Chine à la 14 ème édition de la Biennale de Dakar comme invité.

Dans une note, Henri N’koumo, le Commissaire d’exposition souligne les conversations urgentes des artistes de Côte d’Ivoire qui tendent vers la réinvention de l’humanité. L’une des grandes voies pour y arriver, selon eux, est la ré-humanisation de la Méditerranée, ce symbole de notre société faite de barbelés.

Le propos de l’exposition, estime N’kouma, c’est forger la Méditerranée – non dans un rêve, mais de la force des mains créatrices. Pour le Commissaire, il s’agira de la forger dans le pli d’œuvres parlant aux cœurs, puis l’engager dans un nouveau destin, loin des rites sacrificiels des naufragés. « Nous devons exiger qu’elle soit de nouveau belle, cette Méditerranée qui dit la laideur des frontières et qui garde la mémoire des frères naufragés !» clame Jems Kokobi.

Dans leur écriture plastique, les exposants vont livrer des pièces gagnées par une exigence de dénonciation, de profession de l’identité humaine.